La pièce

« LE PARC »,
une pièce de Botho STRAUSS, mise en scène Pascal FRERY

Mots de l’Auteur

« Qu’on se représente une société efficace, qui succomberait non à un mythe ni à une idéologie, mais au génie d’une grande oeuvre d’art. Vus ainsi, les personnages et l’action de cette nouvelle pièce sont possédés, soulevés, mystifiés par l’esprit du Songe d’une nuit d’été.

Et de même qu’aucun d’entre nous ne vit sa propre vie, mais une vie qui obéit à des milliers de déterminations, de « structures », les contemporains que l’on voit ici sont des êtres sous dépendance et des idéologues soumis au charme magique d’une très ancienne, d’une insondable comédie.
Comme le suc des fleurs que Puck et Obéron versent aux dormeurs du bois d’Athènes, c’est maintenant une œuvre d’art que l’on instille, les plongeant dans l’erreur, aux présents personnages. Le Songe d’une nuit d’été se poursuit sans relâche, et personne n’est resté éveillé pour apporter enfin le contrepoison qui soudain les ferait tous revenir de l’erreur. »

Botho STRAUSS

Synopsis

Titania et Obéron échappés du Songe d’une nuit d’été rencontrent dans un parc public des punks, des amants frustrés, de jeunes cadres dynamiques au chômage, Cyprien un sculpteur homosexuel à la poursuite d’un jeune noir, bras droit d’Obéron. Venus pour ressusciter le désir chez les humains, ils ne pourront que constater la confusion d’une société où règne le simulacre, où l’on n’ose plus aimer, une société superficielle.

Mais ce sont les dieux qui se dissolvent, c’est le mythe qui est englouti par une réalité qu’il prétendait régénérer, dépassé par cette réalité ils plongent dans l’errance. Cyprien l’artiste, le sculpteur, invente pour réaliser la mission d’Obéron des amulettes mystiques.
Celles ci ne répondent pas aux demandes d’Obéron et provoquent chez les humains des distorsions, des exacerbations de leurs peurs, de leurs désirs, de leurs frustrations, les plus intimes et les plus profondes.Bousculés, dans leurs êtres et dans leurs corps, les couples, les témoins, l’humanité sont désorientés.

Obéron décide alors de remettre de l’ordre en privant de pouvoir ces amulettes, et dans un geste de renoncement abdique, abandonnant ses pouvoirs.
Titania de son côté, après s’être livrée à toutes sortes d’expériences charnelles, cherche à retrouver son dieu déchu et en perdition.…… à suivre…..